Méthode de l’étude littéraire

  • Forme du sujet

Le sujet d’une étude littéraire se présente sous la forme d’un texte long. Il s’agit d’analyser le passage proposé en gardant à l’esprit que ce travail est susceptible d’apporter un éclairage particulier sur l’œuvre dont le texte est extrait.

  • Importance de la structure

Au vu de la longueur du texte, l’analyse de ce qu’il est convenu d’appeler la structure du passage est primordiale. Les littéraires le savent, on peut exprimer des idées ou des émotions apparemment identiques de manières très différentes. L’attention accordée au style d’une part, et à l’ordre d’exposition adopté par l’auteur d’autre part, permet de déterminer la spécificité d’un texte particulier. Il faut en effet avoir à l’esprit que chaque texte est irréductible à tout autre. Lorsque plusieurs passages, dans une œuvre, semblent dire la même chose, c’est généralement sur des modes sensiblement différents. Or il s’agit bien, en étude littéraire, de rendre compte de la spécificité d’un texte précis. Ainsi, il convient d’abord de s’intéresser à la manière dont le texte est composé, à son architecture interne. Mais il ne faut pas oublier qu’il s’inscrit dans une œuvre qui forme une unité, et il est donc indispensable de s’interroger également sur la place tenue par les pages analysées dans l’ensemble. Il arrive d’ailleurs fréquemment que le texte proposé à l’étude soit l’un des principaux rouages de la « mécanique » du texte. Le retirer, c’est détruire la machine que constitue l’œuvre ; le déplacer, c’est transformer radicalement la machine. Dans l’étude littéraire, le candidat a donc pour tâche d’observer ce rouage précis, la manière dont il a été fabriqué, tourné, crénelé, puis de considérer son rôle dans le fonctionnement général de la machine, ce qu’il déclenche, ce qu’il oriente, ce qu’il provoque ailleurs. En un mot, ses répercussions sur l’œuvre. De fait, le découpage proposé correspond souvent à des articulations fondamentales de l’œuvre : un chapitre d’une œuvre en prose, une section d’un recueil poétique ou encore un acte dans une pièce de théâtre. Que les bornes du corpus épousent des divisions internes explicitement marquées par l’auteur – comme dans les exemples précédents – ou au contraire paraissent moins évidentes, il est toujours nécessaire, pour élaborer sa problématique, de se demander pour quelles raisons elles ont été choisies. Il faut partir du principe qu’elles sont signifiantes et qu’elles induisent une interprétation. La lecture des paragraphes qui précèdent et suivent immédiatement l’extrait peut être à cet égard très utile : on se demande alors ce que change le fait que ces lignes n’aient pas été incluses dans le corpus proposé.

  • Mise en relation avec le contexte

Si l’extrait doit être précisément étudié pour lui-même, il est également nécessaire de s’interroger sur les rapports qu’il entretient avec le reste de l’œuvre. Et c’est bien là la difficulté majeure de cet exercice. Il ne faut bien évidemment pas sortir du cadre de travail imparti en plaçant de force dans son exposé des connaissances générales qui n’entretiennent qu’un rapport très latéral avec l’extrait à analyser. Il est pourtant bon, à certains moments stratégiques de l’exposé, de relier le passage à des pages qui lui font écho, dans l’œuvre au programme ou même dans d’autres textes de l’auteur, par exemple.
La voie est donc étroite et l’exercice demande rigueur, sens de la mesure et justesse dans l’évaluation des enjeux du texte. Ainsi l’étude littéraire, même si elle s’appuie apparemment sur un corpus plus restreint, demande une connaissance tout aussi intime de l’œuvre que la leçon au sens strict du terme.

  • Exigences de composition

Trois éléments doivent se combiner tout au long du travail :

  • étude précise du passage,
  • prise en compte des liens de cet extrait avec l’œuvre dans son entier,
  • et fil directeur organisant l’analyse (découlant de la mise en tension des deux exigences précédentes).

Comme dans tous les autres exercices littéraires, il est indispensable de composer son travail, « sous la discipline d’une idée maîtresse », la problématique. En étude littéraire, cette dernière est le résultat de l’analyse attentive d’un texte long et non plus d’un intitulé bref. Néanmoins la démarche à adopter reste analogue. Il s’agit de formuler les problèmes soulevés par le texte. Cela conduit à mettre en place une organisation progressive et démonstrative, susceptible de répondre aux questions formulées dans la problématique.
C’est pourquoi l’étude littéraire est considérée comme un type de leçons et assumer la « filiation dissertative » de cette catégorie d’exposés oraux. Néanmoins, on peut la dire plus proche encore de l’exercice du commentaire dans la mesure où le support de l’analyse est un texte.