Sur la pratique du contrafactum

Comparaison des textes de la chanson grivoise de Clément Janequin « Il estoit une fillette / Qui vouloit sçavir le jeu d’amour » et du Noël publié en 1581 dans la Grande et belle Bible des Noëls de Jehan Porée, à chanter sur le même air

Version de 1541 Version de 1581
Il estoit une fillette Il estoyt une fillette
Qui vouloit sçavoir le jeu d’amour Que le filz de Dieu voulut aymer,
Un jour qu’elle estoit seulette, Ung jour qu’elle estoyt seulette,
Je luy en appris deux ou trois tours Grace il a faict en elle imprimer,
Après avoir senty le goust Et luy fit dire et exprimer,
Elle me dit en soubzriant, Par un messager triomphant,
« Le premier coup me semble lour Que sans son honneur opprimer,
Mais la fin me semble friant ». Ell’ concevrait de Dieu, l’enfant.
Je luy dis « Vous me tentez ». Elle se trouva grossette,
Elle me dit « Recommencez ». Et quand vint le terme d’enfanter,
Je l’empoigne, je l’embrasse En une povre establette,
Je la fringue fort. Où le vent du Nord venait venter,
Elle crie « Ne cessez ». Fut contrainte de s’arrester.
Je lui dis « Vous me gastez, Et l’enfantement attendant,
Laissez moy petite garce, Joseph ne faisait qu’escourer
Vous avez grant tort ». S’il oirroit pleurer cet enfant.
Mais quand ce vint à sentir le doulx point Le petit enfant nacquit,
Vous l’eussiez veu mouvoir si doulcement La Vierge fit son acquit,
Que son las cueur luy tremble fort et poingt. Joseph doucement l’embrasse,
Mais, dieu merci, c’estoit un doulx tourment. Et le baisa fort.
Il y prenait son deduict.
La Vierge luy fit son lict
L’asne et le bœuf en la cresche
Ne luy firent tort.
Lors, voyez venir Collette,
Alix, Martin, Guill’mette et Roger.
L’un luy donne sa houlette,
L’autre son petit chien à berger.
Roch luy voulut faire menger
D’un petit pasté bien friant.
Collin, Lerot, Marc et Roger
Courraient à qui courroit devant,
Perrot lui donne un habit,
Pan sa houlette fourbit.
Quand Lubin sut les nouvelles,
Apporta du rost.
Cendrin en ouit le bruit,
Qui s’en vint chargé de fruits,
Et despouilla sa cotelle
Pour courir plus fort.
Eux arrivés en si honneste point,
Vous eussiez ouy chanter si doulcement,
En musettes, flustes et contrepoint,
Chacun avoit porté son instrument.